Départements & Régions Cyclables

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités La Réunion a maintenant son plan vélo

La Réunion a maintenant son plan vélo

La Région Réunion a dévoilé son Plan Vélo régional devant un parterre d’élus, d’associatifs et d’acteurs de la politique cyclable réunionnaise vendredi 23 mai 2014. Quatre axes, 20 mesures et 12 millions d’euros de financements sur 2014-2020, la Région se place en coordonnatrice des acteurs d’un territoire dont les défis d’espace et de mobilité sont importants. Les DRC par l’intermédiaire de leur vice-présidente, Françoise Van Hecke, étaient présents à ce séminaire de lancement. Objectif de cette Région européenne ultrapériphérique : faire de la Réunion une île cyclable.

Fabienne Coepel-Sauret, vice-présidente de la Région, résume les ambitions fédératrices du plan vélo régional : « Nous souhaitons aller vers l’objectif partagé par tous de faire de la Réunion une île cyclable. Ce qui vous est proposé est le fruit d’une concertation, d’un partage et d’un amour de la Réunion. Nous avons un joyau, le vélo fait partie des thématiques importantes pour le mettre en valeur. » Le fruit de cette concertation ? Un Plan Vélo Réunion (PRV) qui fixe 4 orientations déclinées en 20 mesures: coordonner les actions vélo à l’échelle de l’île, créer des itinéraires sécurisés, continus et lisibles, déployer une offre de services coordonnée et, enfin, promouvoir le vélo.

Côté coordination, le PRV est justement le résultat d’une concertation d’un an menée au travers de comités de pilotages tout au long de l’année 2013. Chaque comité a rassemblé près de 80 participants locaux et de nombreux élus, faisant ainsi la démonstration du rôle fédérateur de la Région. « Toutes les communes n’ont pas accueilli l’initiative de la même manière. A travers le PRV, nous sommes en mesure de pouvoir soutenir les communes qui souhaitent développer des projets », indique Fabienne Couepel-Sauret. Et d’ajouter : « À un moment, il faut passer à une phase de mobilisation. A travers les transports en commun et le vélo, il y a la possibilité de capter des financements. La collectivité régionale et les fonds européens sont là en soutien en financements et en ingénierie. Ce sont des sujets majeurs qui doivent dépasser les clivages et les débats politiques. »

Pour la création des itinéraires sécurisés, la Région a réaffirmé l’intérêt de mettre en œuvre le schéma directeur régional des itinéraires cyclables (SDRIF) à partir de la véloroute structurante du Tour de l’Ile qui reste à finaliser et sur laquelle 100 km de boucles reliées permettraient de desservir les zones urbaines et touristiques pour des pratiques utilitaires et de loisirs, jalonnement et entretien à l’appui. Au problème particulièrement prégnant du manque de place, la Vice-présidente est pragmatique : « Notre territoire est contraint. Notre bande littorale est étroite, les pistes cyclables ne peuvent pas être mises partout. Privilégions les pistes lorsque c’est possible, et lorsque ça ne l’est pas, faisons des bandes. »

Pour déployer une offre de services coordonnée, le plus gros enjeu sera celui du stationnement. Arrivent ensuite les enjeux de location et de mise à disposition de vélo, dont de VAE. À la Réunion, le relief est un défi de tous les jours et le VAE se pose véritablement en solution de mobilité. Enfin, la qualification des services touristiques labellisés de type Accueil Vélo est également envisagée pour la Réunion, sous égide régionale.

Quant-à la promotion, la Réunion s’y applique déjà avec succès puisqu’elle est parvenue à réunir de nombreux participants de tous âges et de toute expérience le lendemain de la présentation de son plan, à l’occasion d’une randonnée Tous à vélo à Étang-Salé. Cette manifestation vient s’ajouter à la fermeture de la route des Tamarins qui, chaque été à la mi-novembre, réunit pas moins de 18000 participants à vélo lors de la manifestation « Route Libre ».

À la vue du parterre de collectivités réunionnaises représentées le 23 mai, les bénéfices collectifs et individuels du vélo sont entendus : santé, espace publique, budget, autonomie, lien social, démocratie et liberté, économie… Françoise Van Hecke, vice-présidente des DRC et Conseillère régionale de la Région Picardie a salué la dynamique du Plan Vélo Réunion. « Pour les bonnes raisons du vélo, je ne peux que conforter ce plan régional. Les Régions Picardie et Réunion ont été parmi les premières à rejoindre le réseau des DRC. (…) On entend parfois que le vélo et les voies vertes coûtent cher. Oui cela coûte cher, mais tellement moins qu’une autoroute, certes adaptées aux grands déplacements, mais pensons aux déplacements les moins longs et les plus nombreux… ». Avec son Plan vélo Régional, la Réunion fait un pas résolu vers l’intérêt général.

 

Camille Thomé

Pour en savoir plus :

Schéma & Itinéraires