Départements & Régions Cyclables

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Nord et Pas-de-Calais – Des hôtes chaleureux

Nord et Pas-de-Calais – Des hôtes chaleureux

Extrait de Vélo & Territoires 37

Nord et Pas-de-Calais : deux Départements et une Région. Ils étaient, les 25 et 26 septembre derniers, les hôtes plébiscités des 18es Rencontres des DRC.

Cinq ans et 17 numéros de Vélo & Territoires ont passé depuis notre précédent focus sur ces territoires [cf. V&T n°20]. Quel bilan tirent-ils de leur organisation conjointe des Rencontres 2014 ? Où en sont-ils de leur politique cyclable ? Ce sont les questions que nous avons posées à Nicolas Kobylinski, David Duthoit et Alain Deneuville, représentants respectifs de chacune de ces trois collectivités.

Interview de Nicolas Kobylinski

Chargé de mission Vélo à la Région Nord-Pas-de-Calais

Sur les Rencontres 2014
Notre bilan est très positif, tant au niveau des participants – 300 pour 74 collectivités dont 42 Départements – que de la thématique (“Le vélo, le changement en mouvement”). Nombre de techniciens de la Région se sont intéressés à la problématique vélo. Nous avons été très contents de voir un élu comme Bertrand Ringot venir assister à l’assemblée générale du mercredi. Le vendredi, le retard d’une demi-heure pris par le TER en raison d’une locomotive vétuste n’aura pas altéré la bonne humeur générée la veille, notamment par la prestation des carnavaleux de Dunkerque lors du dîner. Je crois savoir que les élus comme les techniciens ont bien apprécié les deux journées et la soirée.

Sur la co-organisation
Par souci de simplicité, l’idée de départ était de proposer la candidature de la Région et d’y associer nos deux partenaires départementaux. À la réflexion, il est vite apparu que, quitte à être associées, autant que ces deux collectivités participent carrément ! En matière cyclable, nous avions déjà signé un protocole d’accord avec le Département du Pas-de-Calais en 2009. Un autre avec le Nord devrait intervenir en 2015. À l’arrivée, notre grande satisfaction reste d’avoir réussi à éviter l’usine à gaz qu’aurait pu constituer la question du respect des délais. Comme l’a redit notre conseiller régional Paulo-Serge Lopes, nous nous sommes fait mutuellement con-fiance. La symbolique de ce travail main dans la main était très forte et c’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à la direction de la Communication et de l’Événementiel pour nous accompagner.

Sur la participation
Près de 300 personnes ont assisté à ces Rencontres 2014. Nos élus n’ont pas pu répondre présent autant que nous le souhaitions du fait de travaux en cours sur la question de la réforme territoriale et d’engagements auprès de l’Association des maires de France. En revanche, côté commu-nication, nous avons eu droit à une belle couverture médiatique, puisque même France 3 est venue filmer la route 31. Je tiens ici à saluer le travail considérable abattu par Camille Thomé et Agathe Daudibon des DRC, ainsi que Mélissa Petit et Loïc Marteau au conseil régional Nord-Pas de Calais.

Sur la politique cyclable
La Région Nord-Pas-de-Calais, ce sont avant tout trois EuroVeloroutes (l’EV3, EV4 et EV5) réparties sur 450 km, deux itinéraires nationaux répartis sur 100 km, et six itinéraires régionaux répartis sur 650 km. Notre Plan vélo régional a été adopté le 21 novembre 2013 et vise à terme 1 200 km de véloroutes et voies vertes (650 km dans le Nord, 550 km dans le Pas-de-Calais et 120 km pour Lille
Métropole Communauté urbaine. Cela représente pour la Région un budget d’1,1 million d’euros par an en moyenne sur la période comprise entre 2007 et 2013, avec une participation à hauteur de 50 % pour un plafond de 70 000 euros/km. Nous espérons également parvenir à ce que les modes doux recouvrent d’ici à 2020 70 % des déplacements compris entre 1 et 3 km, et la majorité des déplacements inférieurs à 10 km d’ici 2050. Maintenant, comme le rappelait Paulo-Serge Lopes lors de sa présentation aux Rencontres, « en 2012 seuls 23 % des itinéraires du schéma régional avaient été réalisés, et 8 % seulement de ce schéma avaient été financés dans le respect du cahier des charges. À ce rythme moyen d’investissement (15 km/an), il faudrait entre 60 et 75 années supplémentaires pour réaliser la totalité du schéma régional »…
Ce Plan vélo est à rattacher à notre schéma régional Climat Air Énergie dont l’objectif est de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050. Notre Plan vélo repose essentiellement sur trois axes. Nous cherchons tout d’abord à développer le vélotourisme, en travaillant notamment sur la continuité de nos itinéraires, sur l’itinérance touristique et sur la viabilité en termes de fréquentation et de retombées économiques. Nous cherchons ensuite à favoriser la pratique quotidienne, en encourageant par exemple l’intermodalité avec les TER – 39 de nos gares sont ainsi équipées d’abris-vélos sécurisés, que la Région cofinance pour moitié à hauteur de 250 000 euros. Nous cherchons enfin à inciter au changement des pratiques, en engageant notamment des actions de sensibilisation au niveau des jeunes. L’objectif est qu’à terme 200 lycées soient équipés en garage à vélo.

Sur la démarche CAP Vélo
Si le principe préexistait à la co-organisation des Rencontres 2014, il s’inscrit néanmoins dans la continuité. L’idée serait d’élargir le comité de pilotage annuel des véloroutes et voies vertes à l’ensemble des actions des collectivités relatives au vélo. Le tout serait rebaptisé CAP Vélo Nord-Pas de Calais, CAP signifiant “Comité annuel des partenaires”. Comme l’a rappelé Paulo-Serge Lopes, ceci permettrait d’organiser une fois par an un rendez-vous de la “dynamique vélo”. Ce rendez-vous serait copiloté par l’État et la Région, avec l’Ademe, le conseil général du Nord, des intercommunalités comme Lille Métropole Communauté urbaine, la Communauté urbaine de Dunkerque ou la Communauté urbaine d’Arras.

Interview de David Duthoit

Responsable du service Études et Programmation à la direction générale de l’Aménagement durable du Département du Nord

Sur les Rencontres 2014
Nous avons enregistré une participation record de 300 congressistes. Pour la première fois dans l’histoire des DRC, deux Départements et une Région se sont réunis pour organiser les Rencontres annuelles. C’était notre volonté de défendre ensemble notre territoire pour asseoir son image de terre de vélo. C’est la raison pour laquelle les lieux ont été partagés : l’assemblée générale s’est tenue dans le Nord, les ateliers à l’Hôtel de Région et la balade, sur le territoire du Pas-de-Calais. Par ailleurs, la soirée au nouveau vélodrome couvert Jean-Stablinski de Roubaix a connu un franc succès. Elle a commencé par une initiation et un baptême à vélo et s’est achevée par l’intervention des carna-valeux de Dunkerque. C’était un clin d’œil, une manière de dire que chez nous, d’abord on travaille, ensuite on s’amuse. Et nous avons remis ça le lendemain au Louvre-Lens à la fin de la balade à vélo, puisque nous avons fait venir une baraque à frites et de la bière – un passage presqu’obligé par chez nous…

Sur la co-organisation
Ce fut une expérience riche, tant sur le plan technique que sur le pan financier. Nous avons eu en tout une dizaine de réunions pour tout finaliser, et avons pu compter sur les précieux conseils des DR C. Les premiers retours du questionnaire de satisfaction sont très positifs.

Sur la politique cyclable
Dans le cadre de l’Agenda 21, le Département du Nord est engagé depuis 2006 dans une démarche Route durable. En 2013, plus de 1 200 Nordistes ont pris part à des ateliers citoyens. Ceux-ci ont débouché en juin 2013 sur l’adoption du Schéma Mobilité Liberté 2030. Il poursuit trois objectifs : liberté de déplacement, mobilité pour tous et une démarche socialement respon-sable. C’est dans ce cadre qu’intervient le Plan départemental cyclable. Adopté en 2013, il entend lui aussi répondre à trois objectifs : améliorer la desserte cycliste des pôles d’échanges ; assurer une continuité d’itinéraires ; identifier les points sensibles des itinéraires les plus fréquents. Comme l’a rappelé aux Rencontres Jean Schepman, notre vice-président en charge du Développement durable : « le Département du Nord a d’ores et déjà aménagé 610 km de routes départemen-tales – c’est-à-dire 361 km de bandes cyclables et 249 km de pistes cyclables – et 95 km de voies vertes. Nous espérons bien atteindre d’ici à 2030 les 2 000 km d’aménagements cyclables. »

Interview d’Alain Deneuville

Chargé d’études en aménagements cyclables à la direction de la Mobilité et des Transports du Département du Pas-de-Calais

Sur les Rencontres 2014
À mon niveau je dirais que ça a été super à tous points de vue. Le Département du Nord a été super et la Région au top. La balade du vendredi était organisée sur notre territoire. Le beau temps a été au rendez-vous et nous avons veillé à ce que l’ensemble de l’itinéraire soit jalonné et fléché, en plaçant qui plus est des agents aux carrefours potentiellement dangereux. 170 partici-pants à la balade de 25 km entre Billy-Montigny et Louvre-Lens, 300 la veille à Lille : c’est déjà une grande fierté pour nous d’avoir réussi à faire venir autant de gens dans le Nord !

Sur la politique cyclable
Notre Schéma directeur de la mobilité a été mis en place en 2012. Il concerne 250 km de véloroutes, 82 km de voies vertes et 2 182 km de boucles cyclotouristiques. L’initiative locale est privilégiée et des partenariats conjoints permettent d’accompagner les communes et les commu-nautés de communes. Ce schéma poursuit quatre objectifs. Le premier objectif est de trouver un maillage territorial pour les déplacements quotidiens, qui implique une continuité et une cohé-rence entre le réseau cyclable départemental et les réseaux locaux. Le deuxième objectif du schéma départemental est d’accompagner la mise en place d’un réseau cyclable jalonné et sécurisé conduisant aux collèges et aux gares du département. Le troisième objectif concerne les véloroutes et voies vertes régionales et européennes. Nous souhaitons les accompagner et veiller à leur connexion avec les réseaux cyclables locaux et les réseaux de transports en commun. Le quatrième objectif, enfin, consiste à valoriser les principaux sites touristiques du département et les équipements associés – le Grand Site des Deux-Caps, Louvre-Lens, le château d’Hardelot, le parc d’Olhain… Comment ? Par la création d’accès par les voies douces ainsi que par la réalisation de points relais pour les vélos. Cette politique est engagée même si, comme partout, la question du financement reste cruciale. Nous mettons également l’accent sur le vélo à l’école. À ce titre, une étude pilote a été menée en 2013 lors de la Semaine européenne de la mobilité. Elle visait à recenser les itinéraires empruntés et les difficultés rencontrées par les collégiens se rendant en cours à vélo. Cette étude a eu pour cadre le collège de la commune d’Ardres. En juin 2014, nous avons lancé le même type d’étude sur un autre établissement du département, le collège de Marck. Ces deux études nous servent de socle pour travailler sur ces questions.

Sur I3VT (cf. Dossier de témoignages ”Des Euros pour le vélo”, janvier 2013)
Le projet I3VT a été officiellement clos le 17 octobre 2014 à Courtrai. L’objectif de mise en commun sur la thématique des itinéraires trans-frontaliers a bien été atteint, avec des échanges réguliers en français et en flamand. La Région Haute-Normandie s’est également manifestée dans l’optique de la liaison transfontalière entre Roscoff et les Pays-Bas (EuroVelo 4). Nous devrions bientôt disposer des résultats d’une enquête qualitative et quantitative, pour laquelle une quarantaine de capteurs ont été disposés côté français. D’une façon générale, les huit partenaires de ce projet initié en 2012 ont l’intention de continuer à se voir et à travailler ensemble.

Propos recueillis par Anthony Diao

Pour en savoir plus : www.lenord.fr ; www.pasdecalais.fr ; www.nordpasdecalais.fr

Vélo & Territoires