Départements & Régions Cyclables

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Le marché du vélo 2016 franchit la barre des 3 millions de vélos vendus

Le marché du vélo 2016 franchit la barre des 3 millions de vélos vendus

Ce 7 avril, Union Sport & Cycle dévoilait les chiffres du marché du vélo 2016. Chiffre d’affaires et volumes en hausse, montée en gamme des vélos, engouement pour l’électrique profitable aux détaillants, … « Le marché français du cycle est dans une vraie dynamique et il n’y a aucune raison pour que cela s’arrête », pronostique Jérôme Valentin, co-président de l’Union Sport & Cycle.

Des chiffres en progression

Avec 3 034 000 vélos vendus en France en 2016 dont 25% fabriqués dans le pays, le vélo ne s’est jamais aussi bien vendu, selon l’Observatoire du cycle de l’Union Sport & Cycle. La barre symbolique des 3 millions d’unités de 2010 est franchie. Une année record également pour le chiffre d’affaires. Celui-ci s’élève à 1,023 milliard d’euros, + 6,4% par rapport à 2015. Les ventes d’équipements et d’accessoires culminent à 772 millions d’euros. En tout, le marché du cycle a donc généré 1,795 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2016. Les Français semblent privilégier l’achat de vélos de meilleure qualité et innovants car le prix moyen a progressé de 5% en un an passant de 321€ à 337€. Le vélo est la deuxième activité physique préférée des Français qui sont 14 millions à déclarer avoir utilisé le leur au moins une fois au cours des 12 derniers mois. Selon l’étude « Le sport dans la ville » de l’Union Sport & Cycle, 73% des Français souhaitent que leur collectivité encourage le développement de la mobilité douce. Pourtant, seuls 2% des actifs ayant un emploi (500 000 personnes) se rendent au travail à vélo selon la dernière étude Insee. La marge de progrès sur l’usage quotidien est donc énorme. Dont sur le marché du cycle, imagine-t-on aisément.

Le VAE, « catalyseur » du marché

La progression du marché est tirée par le vélo à assistance électrique (VAE). Avec 123 millions d’euros et 134 000 unités vendues, le secteur a augmenté de 17% en chiffre d’affaires et de 31% en nombre. Les VAE « de ville » représentent près de 80% des ventes pour lesquelles les détaillants génèrent 71% du chiffre d’affaires du secteur. Conseil, service de proximité, qualité des produits et assurance d’un suivi personnalisé semblent faire la différence. « VAE de ville, VTT électrique, VAE haut de gamme et bientôt aussi vélos de course à assistance électrique : le VAE apporte de nouveaux usages et de nouvelles sensations. Les Français y trouvent un nouveau plaisir et il y a un grand potentiel pour le tourisme et la montagne », indique Jérôme Valentin. Avec +72% de ventes en 2016, c’est le VTT à assistance électrique qui présente la meilleure progression du marché de l’électrique. Le VAE : tendance durable ou effet de mode ? Contribue-t-il à démocratiser l’usage du vélo et remettre les Français en selle ? Le bonus du Gouvernement, instauré le 18 février 2017, devrait confirmer l’engouement. Un mois après son lancement, pas moins de 15 000 demandes ont été enregistrées. Une enquête conduite par le Cerema et la Ciduv devrait permettre de comprendre le profil et les motifs d’achat des bénéficiaires. « Le vrai challenge sera de reconduire ce bonus (au-delà du 31 janvier 2018, ndlr) car le VAE est un vrai catalyseur pour le marché du vélo », estime Jérôme Valentin. Avec sa batterie, le VAE reste-t-il l’allié de la protection de l’environnement ? Assurément, s’il déclenche un report modal depuis un véhicule motorisé. « Les professionnels doivent être complètement responsables en matière d’environnement », conclut Pierre Gogin, président de l’Union Sport & Cycle. « D’où l’importance de développer la collecte et le traitement des batteries des VAE ». 

Le vélo numérique, prochain eldorado de l’industrie ?

Débloquer en quelques secondes le cadenas d’un vélo disposé dans la rue via une application mobile, voilà le concept de vélo partagé 2.0 qui explose actuellement en Chine. 8 millions de vélos en libre-service y sont actuellement en fabrication et ses promoteurs espèrent exporter le modèle en Europe. Le vélo connecté sera-t-il l’avenir du marché du cycle ? Alors que les systèmes classiques de vélos en libre-service s’ancrent dans le paysage urbain en France depuis quelques années, le cycliste quotidien aura-t-il besoin de cette solution innovante ? L’observation de ces chiffres, de ces innovations, et de la bonne santé du secteur, rend difficile de croire que la solution vélo en France viendra du véhicule lui-même. Le grand défi français aujourd’hui réside plus que jamais dans la capacité à mobiliser et fédérer les aménageurs, les associations d’usagers, les acteurs du tourisme, décideurs politiques et professionnels autour d’une stratégie nationale vélo ambitieuse qui fasse de la France une nation cyclable sérieuse. Plus que le vélo électrique partagé et connecté, seule cette ambition répondra aux enjeux sociétaux contemporains, favorisera la mobilité à vélo et augmentera le poids de l’industrie du cycle en France. « Le vélo est un investissement public rentable » selon les DRC. Et pas que pour l’industrie.

Dorothée Franke

En savoir plus:

Présentation de l’Observatoire du Cycle – 7 avril 2017

Autres actualités