A- A+ A0

Nouveautés

Accueil » Actualités » Nouveautés » La Véloscénie Paris<>Le Mont Saint-Michel© : pas à pas, l’ouverture est prévue pour le printemps 2013

Imprimer

La Véloscénie Paris<>Le Mont Saint-Michel© : pas à pas, l’ouverture est prévue pour le printemps 2013

Novembre 2012

Réunis au sein d’un comité d’itinéraire depuis mai 2010, les 15 partenaires de la Véloscénie (la V40, sur plus de 400 km) se sont fixé un cap pour l’année prochaine : ouverture au printemps 2013 pour le début de la saison touristique. Le Comité de pilotage de l’itinéraire, réuni le 19 octobre dernier à Alençon, a été l’occasion d’entériner cette décision. A six mois de l’échéance, les DRC ont interviewé Stéphan BARRAULT, coordinateur de l’itinéraire, pour faire le point sur les dernières avancées et les perspectives de cet itinéraire.

DRC : En octobre 2012, où en est la Véloscénie ?
Stéphan BARRAULT : De Paris intramuros jusqu’en Essone (la coulée verte) et de  la limite entre les Yvelines et l’Eure-Et-Loir jusqu’au Mont Saint-Michel, mis à part un tronçon entre Alençon et Domfront, l’itinéraire est actuellement ouvert. Avec environ 70% de linéaire aménagé, et les avancées prévues pour la fin d’année et le début 2013, l’itinéraire sera prêt pour mars 2013. Des difficultés ponctuelles et localisées sont apparues au cours du projet, difficultés qui ont fait l’objet de résolution en interne. Le comité d’itinéraire de la Véloscénie n’a en effet pas de comité technique « infrastructure » global, mais des comités locaux regroupant les acteurs concernés par points noirs. Côté services, le label Accueil Vélo© se déploie progressivement par chacun des territoires le long de l’itinéraire. L’offre n’est pas encore très étoffée mais un guide à destination des professionnels vient d’être validé et sera d’ici peu distribué, afin d’accompagner ces derniers dans leurs démarches. Pour ce qui est de la commercialisation, un appel d’offre, remporté par Rando Vélo, a été lancé pour monter des séjours. Cette opération menée assez tardivement l’année dernière (en avril) n’a pas pu donner de résultats lors de la saison 2012, mais de tels produits mettent en moyenne trois ans pour se mettre en place. Des difficultés à trouver des loueurs de vélo mais aussi à rapatrier ces derniers par le train ont été identifiés à travers la réalisation de ces séjours. Des réponses à ce problème sont à l’étude.

DRC : Et en termes de communication en 2012 ?
SB : Le grand dossier du volet communication a été la sortie du site Veloscenie.com en juin dernier. Cette « version 1 » s’étoffe au fur et à mesure par le référencement des hébergeurs, des services et lieux de visite. C’est un outil pérenne, en évolution et adaptation constante. D’autres outils ont été mis au point et notamment une carte de l’itinéraire, qui a pris du retard du fait de nombreux changements de tracés. Enfin, le flyer de la Véloscénie vient d’être validé en comité de pilotage et sera disponible sous peu.

DRC : Qu’en-est-il des projets pour 2013 ?
SB :
2012 a marqué la mise en route de l’itinéraire. 2013 marquera son ouverture. Une action presse sera organisée en ce sens à Paris en mars prochain. Le parti pris est de mettre l’itinéraire à disposition des usagers, même si imparfait. La communication sera claire concernant la qualité du service rendu pour ne pas décevoir, mais tout comme les autres grands itinéraires avant elle, la Véloscénie sera ouverte et se finalisera progressivement. En tout état de cause, les touristes à vélo n’attendent pas que tout soit définitivement aménagé pour organiser leur séjour. Pour preuve les retours déjà reçus par les partenaires. Le temps participera à son amélioration. A certains endroits, des tronçons temporaires pourront être utilisés, avec du jalonnement provisoire, afin de garantir la continuité de l’itinéraire. Pour renforcer la communication, une agence sera recrutée pour suivre le projet. Trois topoguides sont également programmés pour 2013 et 2014. Des efforts seront faits pour conforter la commercialisation afin que l’itinéraire puisse être opérationnel. Les difficultés soulevées permettent d’envisager des améliorations pour l’itinéraire. Le crédo de 2013 sera de poursuivre le travail déjà accompli en le renforçant.

DRC : La gouvernance est un élément essentiel dans la vie d’un comité d’itinéraire, quels ont été les choix pour la Véloscénie?
SB : La gouvernance de la Véloscénie fait partie des faiblesses du projet. Le manque de temps à consacrer à l’itinéraire et à sa réalisation est un frein à son bon développement. Manche Tourisme s’est porté volontaire pour piloter la démarche et la faire avancer, mais cette solution n’est pas tenable dans le temps. Les missions relatives à cette fonction sont venues s’ajouter à des postes déjà occupés à 100%, ce qui empêche de faire correctement le travail de relance, d’information, de formalisation de partenariats, par ailleurs nécessaires au bon fonctionnement du projet. Il a été décidé au dernier comité de pilotage de créer un CDD de 6 mois en appui du travail fourni par Manche Tourisme. Par ailleurs, il y a le besoin d’un engagement plus fort de la part des collectivités partenaires du projet et d’une mobilisation des collectivités non-partenaires.

DRC : Un « après 2014 » (date de fin du projet, ndlr) a-t-il déjà été envisagé ?
SB : C’est une question qui a effectivement été soulevée lors de la dernière réunion du comité de pilotage. Les avis divergent encore à ce sujet. Certains considèrent l’après projet comme une période essentielle, pendant laquelle il s’agira de poursuivre les efforts accomplis. D’autres ne le voient pas du même œil. Cette question ne doit pas être oubliée, j’y consens. Mais l’ampleur de ce projet nous fait travailler pas à pas, étapes après étapes. L’arrivée d’une personne en assistance permettra, je l’espère, de voir les choses différemment.

< Retour à la liste Nouveautés