Départements & Régions Cyclables

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Véloroute V33 : la Seine à vélo ? – De l’Île-de-France à la Normandie, sur la voie des Impressionnistes.

Véloroute V33 : la Seine à vélo ? – De l’Île-de-France à la Normandie, sur la voie des Impressionnistes.

Inscrite au Schéma national des véloroutes et voies vertes sous le nom de V33, l’itinéraire cyclable qui relie Paris au Havre longe naturellement la Seine, mais pas sur tout son linéaire.

Longue de 383 km, la V33 est “Véloroute de la Seine” dans sa partie normande, et “Avenue Verte London-Paris” dans sa partie francilienne. Pourtant l’idée d’un itinéraire le long de la Seine intéresse et fait sens. Comme la Loire, le Rhône ou le Rhin, la Seine pourrait avoir sa propre véloroute. Analyse.

Normandie

En Haute-Normandie, cela ne fait pas de doute, la V33 est “Seine à vélo”. Et pour cause, un itiné-raire cyclable le long de la Seine représente un fort potentiel touristique pour les territoires traver-sés. Le projet est d’autant plus attractif qu’il a déjà fait l’objet de réflexions. Suite à son inscription comme itinéraire structurant du schéma régional de développement touristique (SRDT) en 2010, une étude sur le tracé de la Véloroute de la Seine impressionniste avait créé une dynamique parmi les acteurs normands. Mais cette démarche s’est arrêtée faute de pilote pour l’initiative. Quatre ans après, l’itinéraire longe quasi-exclusivement les berges de Seine en Seine-Maritime et dans l’Eure tel qu’il est inscrit au schéma national.
Des questions relatives au tracé persistent toutefois. D’abord pour le choix de la rive concernée à certains endroits : des aménagements réalisés depuis contredisent des suggestions de l’étude de
2010. Ensuite pour l’arrivée de l’itinéraire : à l’heure actuelle, la V33 s’éloigne du fleuve pour ses derniers kilomètres jusqu’à la mer en Seine-Maritime et l’arrivée au Havre. Il avait pourtant aussi été question d’une arrivée à Honfleur en passant par l’Eure.
Et l’avancement ? Les aménagements voient le jour au fur et à mesure et non sans difficultés pour le département de Seine-Maritime qui compose avec concentration d’usines, de zones Seveso, de berges privatisées par des riverains ou encore de conventionnement avec les gestionnaires de chemins de halla-ge. Néanmoins, la continuité de l’itinéraire y est assurée et jalonnée depuis 2015 avec des tronçons provisoires. Avec un itinéraire “Vélo-route du Val de Seine” continu et praticable sur son territoire, la Seine-Maritime attend la créa-tion d’une dynamique nationale sur la V33. D’après les données de l’ON 3V, l’aménagement de la V33 est nettement moins avancé dans le département de l’Eure qui l’a néanmoins inscrit en bords de Seine au schéma dépar-temental. Nous n’avons pas réussi à obtenir d’informations de l’Eure pour cet article.

Île-de-France

Aujourd’hui, avec la prise en compte de la Véloroute de la Seine impressionniste dans le contrat de destination Normandie–Île-de-France impressionniste, les travaux pourraient redémarrer au-delà des frontières normandes. En Île-de-France, la Véloroute 33 se superpose totalement à celui de l’Avenue Verte London-Paris, inaugurée en 2012 et qui fait l’objet d’un comité d’itinéraire. Sa
continuité est garantie avec des sections provisoires, tout comme sa promotion, en tant qu’Avenue  Verte London-Paris. Mais ce tracé longe la Seine sur 38 km, soit sur seulement 35 % de son liné-aire francilien. Dans le Val-d’Oise, la V33 représente 40 km entre Bray-et-Lû et Neuville-sur-Oise, alors que la Seine parcourt les Yvelines à parfois 15 km de là. La superposition de la V33 avec l’Ave-nue Verte London-Paris sur tout le territoire francilien s’accorde donc mal avec l’idée d’une “Seine à vélo”. Dans le même temps, l’intérêt d’un itinéraire le long de la Seine se pose comme une évidence. Pourquoi alors ne pas modifier le tracé de la V33 en Île-de-France et le rapprocher de la Seine lorsque cela est possible ? Localement, chacune des collectivités traversées a inscrit un itinéraire en berge de Seine à son schéma structurant. Leurs échéances de réalisation sont certes très différentes et les aménagements cyclables le long de la Seine se heurtent à des contraintes fortes : voies à fort trafic, présence de nombreuses industries et de zones Seveso, entre autres. Ainsi, alors que l’itinéraire “Chemins de Seine” dans les Yvelines présente déjà un bon taux d’avancement et fait l’objet de projets à court et moyen terme, l’itinéraire inscrit dans les Hauts-de-Seine n’est que très peu aménagé et sa continuité n’y sera pas possible à moyen terme. La modification du tracé de la V33 en Île-de-France devrait donc nécessairement s’opérer au cas par cas et de manière progressive.

“La Seine à vélo”

Le tracé d’un itinéraire de “La Seine à vélo” pose encore question, mais le projet intéresse. Les exemples de l’Avenue Verte London-Paris ou de La Véloscénie voisines inspirent, tout comme les exemples d’itinéraires aménagés le long de fleuves (Loire à Vélo, ViaRhôna, Véloroute Rhin, Meuse à Vélo). La vallée de la Seine présente en outre un potentiel touristique largement sous-exploité avec un atout d’attractivité en plus pour la véloroute : celui, porteur et tout trouvé, des Impres-sionnistes. L’identité “Seine” d’un itinéraire thématique sur les Impressionnistes, explique que le parcours soit déjà demandé et attendu par les tours opérateurs, notamment anglais. Cela explique aussi le fait que deux documents stratégiques d’échelle interrégionale mentionnent cet itinéraire. Le premier, le Contrat de plan interrégional État-Région (CPIER) Vallée de la Seine 2015-2020 cible “La Seine à vélo” dans la fiche action “Tourisme et Culture” et la décrit comme une priorité. En conséquence, des études, de l’animation et de l’investissement pour le développement, la promo-tion et le marketing de “La Seine à vélo” peuvent faire l’objet de financements. Le deuxième docu-ment à mentionner cet itinéraire est le contrat de destination “Normandie – Paris Île-de-France : destination Impressionnisme”, signé en décembre 2014. Il porte, pour sa part, l’objectif de « créer la “Véloroute de la Seine impressionniste” », dans son axe 2 “structuration-ingénierie de l’offre”. La véloroute y est décrite comme longeant la Seine, de Paris à Honfleur. Le Contrat précise que « pour cette action, il est nécessaire de créer un comité d’itinéraire chargé du suivi technique de la qualité des infrastructures et de coordonner les actions de communication ».

Perspectives

L’inscription de “La Seine à vélo” dans les documents structurants mentionnés ci-dessus, fait bouger les lignes. La Délégation interminis-térielle pour le développement de la Vallée de la Seine, chargée de l’animation du CPI ER Vallée de la Seine, a réuni les acteurs concernés par l’itinéraire à deux reprises en 2015. Son objec-tif est clair : lancer une dynamique sur cet itiné-raire et structurer la démarche d’ici à 2016. Le principal besoin identifié est celui de la coordination entre les acteurs du projet. La première étape pour cela sera de préciser le tracé de cet itinéraire “La Seine à vélo” et de modifier le Schéma national des véloroutes et voies vertes en conséquence. Ensuite, lorsque la question du parte-nariat, de sa forme et de son pilotage, se posera, trouver un chef de file pour le comité d’itinéraire constituera une deuxième grande étape.

Agathe Daudibon

Vélo & Territoires