Départements & Régions Cyclables

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Assises de la mobilité : l’occasion d’un réengagement de l’État sur le schéma national vélo ?

Assises de la mobilité : l’occasion d’un réengagement de l’État sur le schéma national vélo ?

« Nous devons nous intéresser aujourd’hui aux transports du quotidien et enclencher une révolution pour un transport accessible, multiforme, souple, rapide et économique. Le défi de la sobriété des transports en carbone et en émissions polluantes est un enjeu majeur de santé publique ». C’est en ces termes que le Premier Ministre Edouard Philippe a lancé les Assises de la mobilité ce 19 septembre à Paris. Cette grande concertation se tiendra jusqu’à décembre 2017, avant l’adoption de la future loi d’orientation des Mobilités présentée au Parlement début 2018. Avec de pareilles intentions, nul doute que le Gouvernement ne fera pas l’impasse sur la mobilité à vélo, mode de transport du quotidien, de la proximité et de la santé publique par excellence. Les DRC à l’aube de leurs Rencontres annuelles en Charente-Maritime, les 5 & 6 octobre, souhaitent que les Assises de la mobilité remettent le Schéma national vélo au rang des priorités de l’État, aux côtés des territoires.

Un terrain favorable à la reconnaissance de la mobilité à vélo

Le Gouvernement veut associer étroitement les Français et les territoires à l’élaboration de sa nouvelle politique de mobilités. Les différents groupes de travail mis en place se pencheront sur 15 thématiques, dont le développement des mobilités actives, de l’intermodalité dans les déplacements ou encore la réduction des inégalités territoriales face à la mobilité. Le vélo et son Schéma national seront un atout de poids pour un report modal actif, inclusif et décarboné. L’impératif d’égalité des territoires et des citoyens face à la mobilité trouve une réponse avec le schéma national vélo qui relie l’ensemble des territoires ruraux, périurbains ou urbains.

Le vélo doit trouver une place significative dans ces Assises. Les DRC ne sont pas les seuls à le dire. Ainsi, le Conseil national de la transition énergétique à propos du développement de la marche et du vélo  « appelle de ses vœux une stratégie nationale, en concertation avec tous les acteurs, s’inscrivant dans la durée, susceptible de mobiliser autorités publiques et société civile en cohérence avec la stratégie nationale de mobilité propre qui prévoit à l’horizon 2030 de fixer au vélo une part modale de 12,5 % ». Le Réseau Action Climat, qui rassemble 8 organisations dont la FUB, considère ces Assises comme « l’opportunité à saisir pour prendre le virage de la mobilité durable » et propose la création d’un appel à projet de 200 millions d’euros par an pour le vélo en direction des collectivités territoriales. Le Réseau Action Climat rappelle que 29% des émissions de gaz à effet de serre sont causées par les transports et repartent à la hausse depuis 2015. Il est donc de la responsabilité de l’État, dans le cadre de ses engagements sur l’Accord de Paris, d’inverser cette tendance. Réaffirmer la place du vélo en France et créer les conditions favorables à son développement contribuera grandement à atteindre cet objectif.

2017 : année zéro pour un réengagement de l’État sur le Schéma national vélo ?

Dans le cadre de ces Assises, les DRC appelleront à un engagement fort de l’État sur le vélo pour hisser la France au rang des grandes nations cyclables d’ici à 2030. Cela passera par une réaffirmation de l’importance du Schéma national vélo dont les territoires ont été les plus grands artisans depuis le CIADT de 1998. Pour preuve : au 1er janvier 2017, le Schéma était réalisé à 62 % avec 13 600 km aménagés sur les 22 000 km prévus. Un rythme de réalisation jamais égalé. Dans ce contexte, impossible d’expliquer l’absence de l’État depuis 2016 sur ce Schéma national vélo au poids stratégique pourtant majeur : il assure un maillage cohérent et continu d’itinéraires cyclables pour une desserte équilibrée de tous les territoires. Il est le support d’une mobilité décarbonée pour tous et 90 % de ses utilisateurs sont des habitants dans le cadre de leurs déplacements de proximité. Pour une mobilité plus propre, solidaire, intermodale, l’État doit donc soutenir l’achèvement du Schéma national à horizon 2030 et du Schéma EuroVelo à horizon 2020 aux côtés des territoires.

Pour en savoir plus sur les Assises de la mobilité

Politiques cyclables