Départements & Régions Cyclables

Inscription à la newsletter

Accueil Actualités Tourisme urbain et tourisme à vélo, deux histoires à conjuguer ?

Tourisme urbain et tourisme à vélo, deux histoires à conjuguer ?

Vélo & Territoires 48

Le tourisme à vélo est un marché en plein essor. Dans l’air du temps il contribue à un tourisme soutenable et humain en dehors des sentiers battus et au bénéfice du développement de l’économie locale. Progressivement inscrit au rang des priorités des Régions et Départements, quelle place lui est donnée dans les villes françaises ? À la faveur de leur étude « Tourisme à vélo dans les villes françaises » et du Baromètre 2017 du tourisme à vélo, les DRC vous proposent leur éclairage de cette tendance.

Un phénomène prometteur

Portes d’accès privilégiées, concentration de services et de points d’intérêt touristique… Qu’elles soient métropoles ou de taille moyenne, les villes sont les points névralgiques et attractifs des grands itinéraires cyclables de portée nationale et européenne. 67 % des 22 000 km  d’itinéraires que compte le Schéma national de véloroutes et voies vertes traversent une intercommunalité de plus de 25 000 habitants. Les villes françaises réintègrent le vélo dans leur politique et dans le paysage urbain, celui-ci contribuant en retour à les rénover et à les rendre plus attractives. Les plans de déplacements urbains et schémas directeurs structurent cette renaissance urbaine et fixent les orientations en matière de politique vélo. Fruit de cet investissement, la fréquentation vélo augmente dans les villes françaises et, avec elle, la potentielle clientèle de tourisme à vélo. « La dimension touristique du vélo doit être prise en compte dans le cadre de la mise en oeuvre des stratégies globales de déplacement urbain » explique Christian Mourisard, président d’Offices de Tourisme de France. « La demande de nos visiteurs existe, nous accueillons de nombreux cyclistes dans nos Offices de tourisme provenant souvent d’autres pays, parfois lointains. » L’aménagement urbain joue aussi un rôle pivot dans l’essor du tourisme urbain. Longtemps perçu comme une composante complémentaire du tourisme d’affaires, les villes commencent à promouvoir leur destination sur le plan du tourisme d’agrément. « La structuration de l’offre urbaine est dans l’intérêt d’un tourisme qualitatif, diffus et profitable tant au cadre de vie qu’à l’économie urbaine et au tourisme français en général » souligne Stéphane Villain, président de Tourisme & Territoires et de France Vélo Tourisme. « Le vélo constitue une filière d’excellence du tourisme en France de demain et les villes auront également leur rôle à jouer. » Compte tenu de ce contexte, les DRC souhaitent porter un regard nouveau sur l’alliance du tourisme et du vélo dans l’espace urbain, par une étude jamais conduite jusqu’à présent.

Ce touriste à vélo en ville, qui est-il ?

Le tourisme à vélo en ville ne se résume pas une définition simple. Un flou conceptuel provient de la réunion de deux notions : le tourisme urbain et le tourisme à vélo. Cette forme de tourisme désigne donc toute activité touristique à vélo dans l’espace urbain pratiquée par une personne en dehors de son domicile principal pour une nuit ou plus. Du fait de l’hétérogénéité de la pratique touristique du vélo en ville, des cibles clientèles diverses peuvent être concernées, et pas uniquement les aficionados du vélo.
À vélo, la ville se visite et se (re)découvre différemment : en dehors des sentiers battus et plus proche des habitants. Le touriste devient acteur de son déplacement. Il se représente mieux la ville dans sa réalité physique et géographique et atténue ainsi les phénomènes de concentration des flux touristiques en centre-ville. Côté touriste itinérant, la ville diversifie le voyage à vélo : la richesse patrimoniale de l’étape urbaine contraste avec le calme et les paysages des étapes rurales. Les bénéfices pour la ville ? Les touristes à vélo ont vocation à faire tache d’huile. Une ville qui se traverse à vélo et accueille les cyclistes gagne ses galons de ville durable, respirable, verte et peut susciter chez les locaux l’envie de se déplacer à vélo. Un nombre plus important de cyclistes constitue un contexte favorable au développement des aménagements cyclables. Le vélo est donc un outil de développement du tourisme urbain, mais aussi de la mobilité douce de manière générale.

La voie d’eau, l’allié naturel du tourisme à vélo en ville ?

Nantes, Bordeaux, Lyon, Tours, Paris, Strasbourg, Toulouse, Troyes, Rouen… de nombreuses villes françaises se réapproprient leur fleuve. Des projets de rénovation urbaine visent à renouer des liens entre la voie d’eau et la ville sur des berges longtemps laissées à l’abandon. Des politiques publiques accordent une place importante à la requalification des berges pour les réintégrer dans le paysage urbain, dans les pratiques quotidiennes et touristiques et pour libérer de l’espace public en faveur des modes doux. Symbole du renouveau urbain, la voie d’eau et ses quais deviennent un élément de promotion touristique des villes. Mieux : le tourisme fluvestre alliant fluvial et cyclable booste l’attractivité de la ville. Il amplifie l’interconnexion entre le fleuve et le centre-ville, réapproprie le patrimoine fluvial et fait vivre au touriste une expérience touristique urbaine et nature. Inscrire systématiquement le vélo et le fluvial dans les projets d’aménagement urbain et projets touristiques semble important pour valoriser leur grande complémentarité.

Le tourisme à vélo en ville : les enjeux identifiés

Les agglomérations ont tout intérêt à être associées à la structuration des grands itinéraires cyclables et à soigner avec la plus grande attention leur traversée et connexion avec le réseau urbain. À ce jour, le manque de signalisation, de continuité et de sécurité dans le tissu urbain est souvent encore problématique pour les véloroutes. L’accessibilité de la ville ne peut résumer un position-nement touristique fort.

 

L’enjeu est de la construire comme point d’accueil, un point d’attractivité majeur sur l’itinéraire cyclable tout autant que comme un territoire à traverser. La mise en place d’un réseau de boucles cyclables dédiées à la découverte de l’agglomération et le développement des services et équipements adaptés à l’accueil des touristes à vélo semblent des éléments essentiels. Crucial mais souvent négligé, l’aménagement du réseau cyclable urbain dans sa dimension également touristique doit être pris en compte. Métropoles ou villes de taille moyenne, un positionnement comme destination urbaine de tourisme à vélo ne nécessite pas un lourd investissement, mais une synergie et une coordination entre les différents acteurs du tourisme et du vélo à l’échelle de l’agglomération. Ce qui est bon pour le touriste à vélo est bon pour le cycliste en ville… et réciproquement.

 


Six agglomérations françaises à la loupe

Bordeaux Métropole

Ville étape du Canal des 2 mers à vélo/V80 et La Scandibérique/EuroVelo 3, Bordeaux Métropole est dans une dynamique de renouveau qui lui confère l’image d’une ville attractive pour les cyclistes. Les deux grands itinéraires cyclables sont connectés à son réseau cyclable métropolitain et traversent la métropole en empruntant en partie le réseau express vélo. L’inauguration de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Paris sera bénéfique pour le tourisme à vélo dans et au départ de Bordeaux, si les emplacements réservés aux vélos dans les TGV augmentent et si la location à l’arrivée en gare est possible. L’offre et la demande croissantes pour des visites guidées à vélo laissent présager un potentiel de développement significatif pour découvrir Bordeaux autrement.

Le Grand Lyon

Le réseau cyclable se développe à Lyon et les déplacements à vélo ne cessent d’y progresser d’après les comptages du Grand Lyon. Soucieux de proposer un cadre de vie agréable pour ses habitants et d’attirer des entreprises, le Grand Lyon considère le vélo comme un excellent outil de mobilité, d’économie et de développement durable. Ville étape majeure de la ViaRhôna/EuroVelo 17 qui traverse l’agglomération de l’est au sud sur 45 km, Lyon se trouve également au croisement de deux itinéraires cyclables nationaux : la V50, en cours de structuration, reliera le Luxembourg à Lyon le long de la Moselle et de la Saône ; la V72 connectera à terme le Rhône à la Loire. Lyon est l’une des rares villes françaises – avec Paris – à faire l’objet d’une programmation de city-break à vélo proposée par un tour-opérateur belge – preuve que la métropole constitue déjà une destination attractive pour le tourisme à vélo. Lyon peut tirer son épingle du jeu, si elle s’approprie ses atouts et muscle sa conscience vélotouristique.

Mulhouse Alsace Agglomération

L’achèvement de la traversée de l’EuroVelo 6 a sensibilisé à l’importance du tourisme à vélo à Mulhouse. L’obtention du label Territoire vélotouristique, décerné par la FFCT, était une étape décisive pour révéler les enjeux de l’accueil des touristes à vélo et dessiner les contours de la politique cyclable de l’Agglomération, et ce en mettant autour de la table les acteurs publics et privés du vélo et du tourisme. Mulhouse Alsace Agglomération a engagé des efforts importants pour se mettre en tourisme autour de l’EuroVelo 6, identifiée comme axe structurant dans son schéma directeur cyclable. L’implication dans la dynamique Alsace à vélo est un bon moyen pour donner une dimension plus large à sa propre promotion. Une meilleure prise en compte de la traversée de l’EuroVelo 5 pourrait enrichir considérablement l’offre vélotouristique et le maillage cyclable de l’agglomération et contribuer à des retombées économiques pour les communes traversées.

Nantes Métropole

Entre nature et urbanité, espace sauvage et industriel, Nantes Métropole dispose d’une offre de tourisme à vélo variée et diffuse. Ses engagements en faveur du développement des modes doux portent ses fruits. Nantes Métropole s’est hissée au rang des villes attractives pour les cyclistes. Au croisement de La Vélodyssée/EuroVelo 1 et La Loire à Vélo/EuroVelo 6 les touristes à vélo sont de plus en plus nombreux dans son paysage urbain. Consciente de ce potentiel touristique, Nantes Métropole a signé une convention fin 2015 avec Le Voyage à Nantes et France Vélo Tourisme pour valoriser son offre et ses services. Neuf balades à vélo sont conçues et promues sur le site de France Vélo Tourisme pour découvrir le centre et les alentours de Nantes. Cette démarche de Nantes Vélo Tourisme, première du genre en France, entend positionner Nantes comme destination française et européenne de city-breaks à vélo. Cette vitrine structure l’offre autour des deux grands itinéraires cyclables européens qui traversent la métropole. Le message ainsi envoyé par Nantes Métropole est fort : métropole ou ville de taille moyenne, il est possible de se positionner comme destination de tourisme à vélo s’il y a une vraie volonté et mobilisation des acteurs.

Métropole Nice Côte d’Azur

Ville étape de La Méditerranée à vélo/EuroVelo 8, point de départ de boucles cyclosportives et point d’arrivée de la Route des Grandes Alpes, le potentiel pour attirer et accueillir les touristes à vélo dans la Métropole Nice Côte d’Azur est fort. Son offre vélotouristique est à l’image de la diversité paysagère de la métropole : parcours à vélo le long du littoral, boucles cyclotouristiques et sentiers VTT sans oublier le vélo en libre-service Vélobleu qui, mode de déplacement pour les Niçois, peut aussi servir à des fins touristiques. Un positionnement sur le tourisme à vélo développerait une nouvelle facette pour la destination Nice Côte d’Azur et diversifierait son image actuelle, très largement associée à une pratique cyclosportive. Seule métropole traversée par l’EuroVelo 8 sur le littoral français, Nice aura un rôle à jouer en tant que porte d’entrée et de sortie de ce grand itinéraire cyclable, si la continuité et le maillage cyclable sont assurés sur son territoire.

Tours Métropole Val de Loire

Tours Métropole Val de Loire tire parti de sa situation privilégiée comme porte d’entrée d’une destination touristique prestigieuse : le Val de Loire. En plus de La Loire à Vélo/EuroVelo 6 qui traverse l’agglomération d’ouest en est sur 34 km, Tours Métropole Val de Loire bénéficie du passage de l’EuroVelo 3. La V41 et la V46 complètent l’offre de grands itinéraires cyclables de l’agglomération. Fort de ce positionnement, les engagements de Tours Métropole Val de Loire
visent à développer la pratique quotidienne du vélo d’une part et la pratique touristique en plein essor d’autre part. L’aménagement de La Loire à Vélo a donné un coup de pouce à la pratique utilitaire du vélo dans l’agglomération tourangelle. Consciente du passage d’un nombre significatif de touristes à vélo, l’Agglomération a inscrit l’amélioration de l’accueil au rang de ses priorités. L’inauguration de la Maison du vélo début juillet 2017, face à l’Office de tourisme et à deux pas de la gare, est une étape décisive pour positionner Tours comme destination urbaine de choix pour les touristes à vélo.

Lire l’étude complète sur www.departements-regions-cyclables.org

Dorothée Appercel

Vélo & Territoires